Lokishini


Langa Traditional Singers

Eddy Pennewaert
Musique du monde
Afrique du Sud

Chants xhosa du township de Langa, danses traditionnelles et gumboot (Cape Town, Afrique du Sud)


Les townships sont au cœur du débat démocratique en Afrique du Sud et, comme par le passé, c’est là que s’expriment, entre autres musicalement, toutes les aspirations à la justice, toutes les résistances, tous les espoirs.
 
La « musique des townships », qui s’est répandue en tant que telle dans les années septante avec l’émergence de la Conscience noire, est rapidement devenue un moyen d’affirmation pour les classes défavorisées. Elle recouvre des genres musicaux et des formes urbaines d’expression culturelle aussi variés que les Cape Malay Choirs, le marimba, le makwaya -la musique chorale africaine- ou encore, tout récemment, le kwaito.
 
On ne compte plus les influences réciproques entre la musique du township et le monde extérieur, pour exemples les nouvelles formes de musiques urbaines déjà citées ou encore ces chants traditionnels indigènes, réarrangés pour une interprétation chorale en harmonie à plusieurs voix.
 
Les Lokishini ou Langa Traditional Singers est un groupe informel composé de jeunes filles et de jeunes gens xhosa du township de Langa, dans la périphérie de Cape Town. Le plus souvent sans travail, ces jeunes ont choisi de s’engager dans l’action sociale en animant un programme de réinsertion d’enfants de la rue, abandonnés ou orphelins, à partir de l’art vocal traditionnel xhosa.

Certains d’entre eux, comme Queen et China, font également partie de formations professionnelles, comme Heshoo Beshoo. Mais, face à la profusion des musiques des townships et à leur commercialisation, mais aussi devant la percée des modes et une certaine uniformisation, ce groupe se caractérise par une forte résistance identitaire et, au sens large, par un « retour aux sources ». Sa musique, qui s’apparente à la musique traditionnelle xhosa, affirme son origine villageoise, même si certains effets, comme leur professionnalisme, trahissent une influence urbaine certaine.

Même si le répertoire, à des degrés divers, a été revu et réarrangé et que certains chants enfreignent ouvertement les interdits liés au sexe - tous les chants du groupe sont chantés indistinctement par les filles et les garçons, contrairement à la coutume -, et que le groupe crée aujourd’hui ses propres compositions, la marque de la tradition et de l’identité xhosa reste le ciment de cette production à contre-courant des modes et des marchés.
 
Queen Mhayi
Pumla Dyirha
Nkuleko Ludonga
Xolani Gongxeka
China Dyirha

 


Un projet de l’association Colophon asbl qui concentre, depuis sa création en 1994, l’essentiel de ses activités sur l’information et l’éducation au développement (www.colophon.be)



Pour les 6-18 ans

fin novembre-début décembre 2011

// Exploitations pédagogiques possibles :

  • harmonies vocales
  • contexte de la danse gumboot


www.colophon.be

Vous avez sélectionné
        saison en cours
précédent   -   suivant   -   les artistes   -   retour
imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion