5 - Jacques Brel - Ne me quitte pas



Chanter, pour libérer et communiquer ses émotions, pour apaiser ses peines, pour vibrer, se ressourcer, rêver... Chanter pour le plaisir…

Tout au long de la saison, chaque vendredi, sur notre site internet, une chanson d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs se dénude et vous confie ses petits et grands secrets.

Rejoignez-nous chaque semaine pour un périple musical, mais aussi historique et pédagogique, parmi de multiples titres d’anthologie qui font frémir les coeurs, fourmiller les jambes et exulter les esprits.

Un reflet des goûts et coups de foudre de l’équipe de la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, assortis de liens Internet, pistes pédagogiques et d’interviews.




5. Jacques Brel « Ne me quitte » 1959


 


En forme d’ode à l’amour mais sur fond de rupture, cette chanson dénonce pourtant selon Brel lui-même la « lâcheté des hommes ». Brel la dédie à Suzanne Gabriello avec qui il vit une relation passionnée tout en étant toujours marié avec Thérèse Michielsen la mère de ses trois filles. Elle raconte le désespoir d’un amant délaissé qui finira cependant par s’en aller le premier.

Il l’interprète pour la première fois sur scène en 1959. Son corps tout en entier vibre d’une flamme hypnotisante qui éclipse totalement le chanteur dont il assure la première partie, Philippe Clay. C’est l’histoire d’une interprétation magistrale qui transporte d’emblée le public dans l’univers tourmenté de la détresse amoureuse.

Cette chanson a été traduite dans de multiples langues (en néerlandais par Brel lui-même en 1961 « Laat me niet alleen », en anglais par Rod McKuen et Didier Caesar, en italien (chantée notamment par Dalida), en allemand (chantée notamment par Marlène Dietrich et Mireille Matthieu), en kabyle, en polonais, en turc, en catalan (4 versions)… Elle a été reprise par de très nombreux chanteurs : Barbara, Nina Simone, Sylvie Vartan, Serge Lama, Isabelle Aubret, Johnny Halliday, Céline Dion, Yves Duteil, Dee Dee Bridgewater, Juliette Gréco, Faudel… La version anglaise de Rod McKuen « If you go away » a notamment été interprétée par Ray Charles, David Bowie, Neil Diamond, Frank Sinatra… Enfin, on retrouve des extraits du texte de la chanson dans « La Femme d’à côté », film de F. Truffaut de 1981, et les sketches « L’Ordre » de P. Desproges et « La Lettre » de M. Robin.





 

Exploitations pédagogiques possibles  :



- Débat sur l’Amour : existe-t-il plusieurs « formes » d’amour ? Termes en rapport : affection, sentiments, attachement, tendresse, passion… Recouvrement et différences des définitions ? Les frontières sont-elles « imperméables » ? Joseph Joubert, moraliste français a écrit : « La tendresse est le repos de la passion ». Qu’en pensent les élèves ?
 
- Recherche de couples d’amants célèbres en littérature, en musique, au cinéma. Qu’est-ce qui différencie leurs relations selon les époques ? Quelles sont les représentations sociales de ce type d’ « histoires » ? Comment évoluent-elles au fil des siècles ? Quelle est l’influence du milieu culturel ?
 
- Envisager différents héros impliqués dans de mythiques contes amoureux : exemples : Tristan et Yseult, Roméo et Juliette, Madame Bovary, Manon Lescaut… Après découverte ou rappel du drame amoureux vécu par ces personnages, demander aux élèves duquel ils se sentent le plus proche et pourquoi.

 




Une sélection de Sophie Mulkers
Ma fonction au sein des JM :


"Responsable pédagogique à la Fédération des Jeunesses Musicales, je m’occupe essentiellement de médiation culturelle entre les artistes, leurs projets et les publics enseignants et scolaires, pour participer à créer les conditions d’une véritable rencontre humaine et citoyenne lors des concerts, d’un réel partage de connaissances. Je coordonne également des initiatives de formation et de démocratisation de l’accès à la musique.. "



Pourquoi cette chanson ?


" « All you need is love », oui, ceci est une autre chanson mais résume en substance tout le drame contenu dans celle que j’ai souhaité mettre à l’honneur, en cette semaine de commémoration du 35ème anniversaire de la disparition de son auteur. Brel y veut offrir des perles de pluie, il a déposé au creux de nos oreilles des perles de mots que ni la pluie ni le temps ne délogeront. Point de malentendu, l’art de son verbe est grand, il ne nous quittera pas. "


imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion