« 4 oreilles et 1 nez » - Claire Goldfarb & Pierre-Nicolas Bourcier


Violoncelle et jonglerie pour un duo poétique à souhait

Maïlis Snoeck
Jeune public
Belgique

Claire Goldfarb et Pierre-Nicolas Bourcier font naître un univers tantôt drôle, tantôt proche qui s’articule autour d’une musique originale au sein de laquelle Bach côtoie une écriture contemporaine, et d’une danse atypique mêlant jeux, balles, jongle et couleurs… Mots chantés, rythmés, traficotés… C’est l’heure de se laisser goûter.


« Un petit ennui, une petite danse, une chanson, 
Moi, mon doudou c’est mon violoncelle et lui….
Son doudou ce sont ses balles qu’il 
lance dans tous les sens… 
Alors…un p’tit pas, tout p’tit pas… 
Hop on joue tous les deux 
Puis on se cache, de surprises en peintures


Et pourquoi pas une danse, des jeux, des


rires et s’endormir… »
 


Marceline adore jouer du violoncelle bien campée sur son trône magique qu’elle a baptisé l’espicultrice. Mais un jour, elle constate qu’il manque un morceau à l’espicultrice : elle ne peut plus jouer assise. Albert, son petit frère n’aime rien plus qu’aider sa soeur et l’embêter un peu aussi. Alors quand Marceline lui demande d’aller chercher la pièce manquante de l’espicultrice, il n’hésite pas ! Il enfile ses chaussures, sa veste et part à sa recherche muni d’une grande boîte. Au retour d’Albert des questions se posent : Albert a-t-il retrouvé la pièce ? La rendra-t-il à Marceline ? Marceline pourra-t-elle jouer du violoncelle sans l’espicultrice ? Réussiront-ils, ensemble, à réparer l’espicultrice, et ainsi écouter et jongler sur les merveilleux morceaux de musique que Marceline maîtrise ?
 


Dans ce spectacle, le violoncelle, les racines bien implantées et nourries par la tradition classique, exploite un langage unique. Il ouvre une porte pour le public qui le découvre et élargit les horizons de celui qui en apprécie déjà les différentes facettes. Le violoncelle tête en haut, tête en bas, illustre ce lien si particulier des frères et soeurs qui se chamaillent autant qu’ils s’aiment. Ces relations fondées sur la tendresse et le chaos génèrent également des modes de jeu nettement spécifiques sur le plan de la jonglerie.
 


Celle-ci est avant tout manipulation d’objets détournés par Albert, le petit frère, pour jouer. Albert n’est pas jongleur mais il fait systématiquement valser les objets qui lui appartiennent, à tel point que cela devient inhérent à son personnage. Les balles ne sont d’ailleurs que l’étape finale du jeu. Le discours se base avant tout sur le sonore et le visuel ; les mots sont utilisés avec parcimonie sans pour autant être exclus. Ils se muent le plus souvent en mouvements, sons et couleurs et offrent une clarté dans la trame narrative. Quant à la scénographie, elle évoque une chambre d’enfants ou une salle de jeu - un espace à la taille des petits, et se veut résolument ludique.

Claire Goldfarb :
 violoncelle, voix, compositions


 


Pierre-Nicolas Bourcier : jongleur, comédien
Tania Malempré : mise en scène

Toute l’année
De 2 ans et demi à 8 ans


Découvrez le dossier pédagogique ci-dessous :


Vous avez sélectionné
        saison en cours
précédent   -   suivant   -   les artistes   -   retour
imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion