4 - Bob Marley - No woman, No cry



Chanter, pour libérer et communiquer ses émotions, pour apaiser ses peines, pour vibrer, se ressourcer, rêver... Chanter pour le plaisir…

Tout au long de la saison, chaque vendredi, sur notre site internet, une chanson d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs se dénude et vous confie ses petits et grands secrets.

Rejoignez-nous chaque semaine pour un périple musical, mais aussi historique et pédagogique, parmi de multiples titres d’anthologie qui font frémir les coeurs, fourmiller les jambes et exulter les esprits.

Un reflet des goûts et coups de foudre de l’équipe de la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, assortis de liens Internet, pistes pédagogiques et d’interviews.




4. Bob Marley « No woman, No cry » 1974



Contrairement à ce que l’on pourrait d’emblée traduire, “No woman, no cry” n’est pas à prendre au sens de “ Pas de femme, pas de larmes”. Le titre provient en fait d’une expression jamaïcaine signifiant “Femme, ne pleure pas”. Bob Barley y évoque sa jeunesse particulièrement désargentée dans son quartier de TrenchTown où il fit notamment la connaissance des membres fondateurs des Wailers, et son espoir d’un avenir meilleur avec sa femme Rita.

La chanson figure sur l’album “Natty Dread” de 1974 mais c’est la version issue de l’album “Live !” sorti en 1975 qui reste la plus célèbre. Alors que l’enregistrement studio passa inaperçu, l’interprétation live rencontra par contre un succès immédiat.
Cette chanson a notamment été reprise par Byron Lee, Joe Cocker, Boney M, les Fugees, Jimmy Cliff, Johnny Clarke, Sean Kingston, Londonbeat, Gilberto Gil, Joan Baez, I muvrini… Le chanteur français Joe Dassin l’a lui aussi adaptée en en conservant l’air mais en en modifiant les paroles. Cette version a également été interprétée en espagnol.


Exploitations pédagogiques possibles  :


- La Jamaïque : son histoire, sa géographie, son peuplement, ses croyances, ses traditions ;


- Le reggae : origine, histoire, philosophie, caractéristiques rythmiques majeures, grands représentants, titres emblématiques… ;


- Bob Marley : sa vie, son parcours, sa carrière, ses “addictions”, ses croyances, ses titres phares, sa fin prématurée.




Une sélection de Virginie Maillet
Ma fonction au sein des JM :


"Employée à la Fédération des Jeunesses Musicales depuis plus de 10 ans, je suis en charge du secteur administratif du secrétariat fédéral (compte-rendu de réunions, assurances, fournisseurs, salaires,…). Je travaille également en collaboration avec mes collègues sur la mise en oeuvre de différents projets fédérateurs. "



Pourquoi cette chanson ?


"Quand on parle de cette chanson, on dira « Mais oui, c’est la chanson qui raconte sa vie et celle de sa femme Rita, quant ils vivaient à Trenchtown….. »

Moi pas... J’adorais écouter Bob Marley quant j’étais ado et tout particulièrement « No Woman, No Cry ». Ne comprenant pas bien l’anglais, je me suis à l’époque arrêtée au titre qui, pour moi, était un message de liberté, d’encouragement pour la femme.

Bob Marley n’est pas qu’une icône du Reggae, il nous prouve à tous qu’avec l’amour de la musique, le partage et la volonté, on peut devenir un des plus grands chanteurs au monde mais aussi le porte-parole d’un peuple bafoué. Certains iront jusqu’à dire qu’il était un prophète...".


imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion