36 - Janis Joplin - Kozmic Blues



Chanter, pour libérer et communiquer ses émotions, pour apaiser ses peines, pour vibrer, se ressourcer, rêver... Chanter pour le plaisir…

Tout au long de la saison, chaque vendredi, sur notre site internet, une chanson d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs se dénude et vous confie ses petits et grands secrets.

Rejoignez-nous chaque semaine pour un périple musical, mais aussi historique et pédagogique, parmi de multiples titres d’anthologie qui font frémir les coeurs, fourmiller les jambes et exulter les esprits.

Un reflet des goûts et coups de foudre de l’équipe de la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, assortis de liens Internet, pistes pédagogiques et d’interviews.



36. Janis Joplin - Kozmic Blues - 1969


 




« Kozmic Blues » est extrait de « I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama ! »,le premier album studio de Janis Joplin sorti en septembre 1969, enregistré après la séparation de Janis Joplin et de Big Brother and the Holding Company. Il devint disque d’or aux Etats-Unis en deux mois à peine. La chanson fut écrite par Janis Joplin elle-même et Gabriel Mekler.
Kozmic Blues Band est aussi le nom du nouveau groupe formé par la chanteuse avec notamment le guitariste Sam Andrew et le bassiste Brad Campbell qui feront par la suite partie de formations particulièrement connues de l’époque. Influencée par le groupe Chicago, Janis intègre dans cet album une section de cuivres. Sa puissance vocale est telle qu’elle n’est pas surpassée par le volume sonore de ces instruments.

A ce moment, la chanteuse consomme une quantité très importante d’héroïne et cherche à se débarrasser de son addiction sans succès. Elle enregistre tout l’album depuis sa maison afin de ne pas être en contact avec ses amis toxicos.

Joplin marqua les esprits par ses performances vocales et sa présence sur scène considérée par ses fans comme « électrique ». Au sommet de sa carrière, elle était connue comme « la reine de la soul psychédélique » et était également surnommée « Pearl » par ses amis. Elle fut aussi arrangeur, peintre, danseuse et musicienne. Artiste rebelle, celle qui était surnommée la « Mama Cosmique » ou « Pearl » est morte d’une surdose d’héroïne.



Exploitations pédagogiques possibles  :


- Janis Joplin a bouleversé le monde du rock jusque là dominé par les hommes en y insufflant sa rage au féminin. Les élèves connaissent-ils d’autres styles musicaux qui ont vécu pareille influence de la femme au même moment ou à d’autres époques ?

- Qu’est-ce que le « Club des 27 » ? A quoi cette appellation fait-elle référence ? Voir l ‘ouvrage d’Eric Segalstad et Josh Hunter à ce sujet : « Le Club des 27 : le plus grand mythe du Rock’n’Roll ». Quelles conséquences ce constat a-t-il semblé engendrer ?

- Janis Joplin est également considérée comme ayant popularisé le « Power Flower ». De quoi s’agit-il ? De quoi est-ce né ? A quel mouvement est-il le plus souvent associé ?




Une sélection de Bérengère Cornez

Ma fonction au sein des JM :


"Je suis entrée aux Jeunesses Musicales suite au départ de Thérèse Preutens, Directrice du Centre régional de Bruxelles-Capitale. La difficulté émotionnelle de ce départ a cependant offert aux Jeunesses Musicales l’occasion d’adapter son fonctionnement sur le territoire bruxellois. Je suis donc engagée en qualité de directrice adjointe à la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, avec pour fonctions particulières la coordination des projets fédéraux et bruxellois. Un binôme directionnel que je partage avec Michel Schoonbroodt, notre Directeur Général. "


Pourquoi cette chanson ?


"Si ce fut très vite clair que je désirais mettre en avant Janis Joplin, j’ai passé la semaine à me demander quelle chanson choisir ! Bien entendu, j’aurais pu prendre les plus connues telles que « Summertime », « Coo Coo », « Cry Baby » ou « call me » par exemple… mais j’inviterai simplement les internautes à aller les découvrir par eux-mêmes si l’écoute de « Kozmic Blue » les touche déjà.

Janis Joplin parce que c’est une femme et que plus que tout autre élément musical, les voix féminines me transportent. 
Ne me pensez pas androgyne ! Je trouve simplement que les femmes sont moins pudiques que les hommes dans la façon de vivre leurs textes. Elles vivent leur musique plus intensément et en les écoutant, il est impossible de ne pas la vivre avec elles.

Janis Joplin aussi parce qu’elle fait partie de ces éternelles, celles que l’on peut écouter depuis 20 ans et qui auront la même puissance émotionnelle dans 20 ans. Celles qui traversent le temps sans une ride.
Janis Joplin parce que l’on peut l’écouter sous la pluie ou à l’ombre d’un platane sous 40°c avec le même plaisir. 
Parce qu’elle est de celles qui tantôt nous insufflent de l’énergie et tantôt un peu de réconfort.

Janis Joplin enfin parce qu’elle est terriblement « femme »… à la fois forte, rayonnante et fragile. Heureuse et torturée. Complexe, entière et compliquée… (vous pouvez cessez de sourire !)
 
Quant à « Kosmic Blues », je l’ai d’abord choisie parce que c’est un blues. Mais pas une complainte, plutôt un aveu. Celui de n’avoir pas pu aimer convenablement et celui de reconnaître qu’elle ne pourra aimer mieux. L’aveu qu’il vaut mieux l’accepter comme telle maintenant dans toute sa complexité, justement."
 

 


imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion