34 - Jeff Buckley - Hallelujah



Chanter, pour libérer et communiquer ses émotions, pour apaiser ses peines, pour vibrer, se ressourcer, rêver... Chanter pour le plaisir…

Tout au long de la saison, chaque vendredi, sur notre site internet, une chanson d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs se dénude et vous confie ses petits et grands secrets.

Rejoignez-nous chaque semaine pour un périple musical, mais aussi historique et pédagogique, parmi de multiples titres d’anthologie qui font frémir les coeurs, fourmiller les jambes et exulter les esprits.

Un reflet des goûts et coups de foudre de l’équipe de la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, assortis de liens Internet, pistes pédagogiques et d’interviews.



34. Jeff Buckley - Hallelujah - 1994


 



“ Hallelujah” est une chanson écrite par le compositeur canadien Léonard Cohen en 1984, à une époque où sa carrière connaissait un net recul. Elle apparaît sur l’album “Various positions”.
 
L’impression quasi “liturgique” de la mélodie est renforcée par des paroles qui font largement référence à des sujets bibliques. Le titre lui-même “Hallelujah” signifie en hébreu “Louez le seigneur”. Mais plus globalement, les thèmes envisagés par la chanson font appel à cette tradition. Ainsi, le texte évoque tout d’abord David, le musicien qui apaisait de sa harpe le roi Saul et à qui on attribue la composition des psaumes. Sont relatés des passages de sa vie et certaines de ses erreurs. Viennent ensuite Samson et Dalila. L’auteur aborde alors des symboles tels que notamment la “sainte colombe” puis il opère des rapprochements avec son propre parcours.
 
Cette chanson a fait l’objet de très nombreuses reprises : elle a été enregistrée plus de 180 fois par divers artistes. La version de Jeff Buckley en 1994 a durablement marqué les oreilles et les esprits en renouvellant l’intérêt pour la chanson. En 2008, elle s’est à nouveau trouvée sous les feux des projecteurs grâce à Alexandra Burke qui a remporté le concours de téléréalité “The X factor” en interprétant ce titre. Cette version a été téléchargée plus de 105000 fois en une seule journée.




Exploitations pédagogiques possibles  :


- Symboles de différentes traditions pouvant se dissimuler dans une chanson : citer des exemples, voir comment ces éléments sont intégrés au texte, comment les repérer. Exemples : la plupart des chansons de Georges Brassens, “Hiroshima” de Georges Moustaki, La “Ballade nord irlandaise” de Renaud mais aussi “Dark Horse” de Katy Perry ;
 
- Qui sont les personnages du Roi David, de Samson et Dalila ? Ces personnages ont déjà été mis en musique par le passé notamment dans des opéras : “Samson et Dalila” de Camille Saint-Saëns en 1877, “Le Roi David” d’Arthur Honegger en 1921 (deuxième version en 1924). En écouter des extraits, voir comment les sujets sont traités par rapport à la chanson de Cohen ;
 
- Quelques grands tubes ont été remis à l’honneur à l’occasion d’émissions de téléréalité. Ainsi “La musique” de Nicoletta lors de la première édition de la Star Academy en 2001, “Musique” de Michel Berger lors de la deuxième édition du même concours. Comment ces chansons évoluent-elles dans un tel contexte ? Ecouter les versions originales et les reprises.



 
 

Une sélection de Céline Simonet

Ma fonction au sein des JM :


"Je travaille au sein des Jeunesses Musicales de Bruxelles, pour lesquelles j’assure la coordination des ateliers musicaux que nous mettons en place dans les écoles de la région bruxelloise"


 


Pourquoi cette chanson ?


"J’ai choisi "Hallelujah" car pour moi c’est une des (si pas LA) plus belle(s) chanson(s) de tous les temps ! Elle est chargée d’émotions très différentes : à la fois mélancolique et triste, mais aussi puissante et pleine d’énergie. La version de Jeff Buckley fait d’ailleurs ressortir d’une magnifique manière cette sensibilité à fleur de peau. C’est une véritable prière, une ode aux paroles énigmatiques…"
 

 


imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion