26 - Limp Bizkit - My Generation



Chanter, pour libérer et communiquer ses émotions, pour apaiser ses peines, pour vibrer, se ressourcer, rêver... Chanter pour le plaisir…

Tout au long de la saison, chaque vendredi, sur notre site internet, une chanson d’hier ou d’aujourd’hui, d’ici ou d’ailleurs se dénude et vous confie ses petits et grands secrets.

Rejoignez-nous chaque semaine pour un périple musical, mais aussi historique et pédagogique, parmi de multiples titres d’anthologie qui font frémir les coeurs, fourmiller les jambes et exulter les esprits.

Un reflet des goûts et coups de foudre de l’équipe de la Fédération des Jeunesses Musicales Wallonie-Bruxelles, assortis de liens Internet, pistes pédagogiques et d’interviews.



26. Limp Bizkit « My generation  » 2000


 



« My Generation » du groupe du rock néo-métal Limp Bizkit sort sur l’album « Chocolate Starfish and The Hot Dog Flavored Water ! » en 2000. Les paroles font tout d’abord référence à leur ville de Floride Jacksonville et plus précisément au Matthews Bridge dont de nombreuses personnes désespérées se jettent, effrayant les conducteurs qui doivent l’emprunter. Elles évoquent aussi le titre « Welcome to the Jungle » de Guns N’ Roses et « Move Over » des Spice Girls.
 
Les Limp Bizkit peuvent être vus comme les « petits frères » du groupe Korn qui a révolutionné le métal au début des années 1990, consécutivement à la fin de la « grande époque grunge » (Curt Cobain du mythique groupe Nirvana disparaît en 1994). Ils y ajoutent leur touche personnelle : une voix lead rappée et mènent à l’apogée du mouvement néo-métal. Ce troisième album permet à Limp Bizkit de se faire connaître à travers le monde, plus spécifiquement grâce au titre « Take a look around » qui figurera sur la bande originale du film « Mission impossible 2 ».
 
Cette tendance stylistique se caractérise notamment par la popularisation de la guitare à 7 cordes (ajout d’un si grave pour un son plus « heavy »), précédemment déjà utilisée par Steve Vai, que Korn et Limp Bizkit systématisent dans leur pratique.




Exploitations pédagogiques possibles  :


- Limp Bizkit, les années 1990, c’est la belle époque des clips vidéo (notamment sur la chaîne MTV). Ils sont l’emblème d’une génération qui les suit au quotidien. C’est une forme esthétique à mi-chemin entre l’image, l’électronique et la vidéo. Quel a pu en être l’impact pour les jeunes qui y étaient « addict » ? Quelques éléments d’histoire et d’analyse : 1er clip : « Bohemian Rhapsody » en 1977- Queen, popularisé à des fins promotionnelles par Rod Steward, les Rolling Stones, les Bee Gees, industrialisé à partir de 1981… Sociologiquement, il serait une « vitrine » des tendances les plus marquées de la société stéréotypante des années 1990 Lire à ce sujet : http://users.skynet.be/fralica/refer/theorie/theocom/lecture/lirimage/vidclip.htm  ;
 
- Qu’est-ce que le « Family Values Tour » ? De quoi s’agit-il, par qui est-il créé, où se déroule-t-il ? Combien d’éditions ont eu lieu, quels groupes y ont pris part ? Leur grand mérite est d’avoir généré des compilations qui peuvent être considérées comme une synthèse de l’évolution du néo-métal américain ;
 
- Qui est Steve Vai ? Quel est son parcours ? A qui pourrait-on le comparer ?




Une sélection de Maxime Monico

Ma fonction au sein des JM :


"Je suis coordinateur aux JM Charleroi et je m’occupe principalement des concerts. J’exerce cette fonction à mi-temps depuis septembre 2013."


 


Pourquoi cette chanson ?


"« Chocolate Starfish and The Hot Dog Flavored Water ! » est un album que j’ai écouté en boucle pendant mon adolescence. J’avais 13 ans lorsque j’ai vu et entendu pour la première fois Limp Bizkit à la télé. Cela a été une vraie révélation pour moi ! Leur son, leur style, leur prestance, ma vie a radicalement changé lorsque j’ai découvert ce groupe. Je voulais être comme eux, et faire moi aussi de la musique. Si je suis musicien aujourd’hui, c’est avant tout grâce à eux.
 
« My generation » est dédié à toutes les personnes (principalement les parents je pense) qui veulent parfois imposer leurs règles, leur façon de penser, alors que nous, nous voulons avant tout être nous-mêmes et mener notre propre vie comme bon nous semble.
 
C’est un super morceau énergique et groovy qui marque vraiment le son de mon adolescence et de ma génération justement. Une génération spéciale, qui a du mal à s’affirmer mais qui souhaite avant tout vivre ses rêves, qu’importent les obstacles."

 


imprimer

Partenaires

Inscription à la Newsletter

Pour être tenu au courant, abonnez-vous à notre liste de diffusion